Église paroissiale Saint-Patern de Séné

HISTORIQUE

La paroisse de Séné, sous le patronage de Saint-Patern, premier évêque de Vannes attesté (vers 465-511), a été érigée au Moyen-Âge, (XIVe siècle), probablement succursale de la paroisse de Vannes, Saint-Patern, hors les murs. En 1451, la paroisse de Séné est annexée au Chapitre épiscopal de Vannes et y demeura jusqu’à la Révolution française. L’église actuelle, construite de 1878 à 1894, consacré le 25.09.1887, remplaçait une église romane, ancienne, en forme de croix latine, avec une tour carrée et de multiples ajouts, comme en témoigne les relevés cadastraux de la commune (1804). Devant les injures du temps, lambris, voûte, charpente menaçant de s’effondrer, la décision fut prise en 1874 de construire une nouvelle église, sur l’emplacement du cimetière entourant la précédente.

Détruite en 1878, de cette église primitive, restent quelques parements de murs près de la voûte de porte de l’ancien presbytère (face à l’actuel presbytère).

Située au terme d’une perspective qui part de l’Anse de Séné, sur le golfe du Morbihan, du côté Sud, du chœur, l’église actuelle, œuvre de l’architecte Édouard Deperthes (1833-1898) – connu pour l’érection de la Basilique de Sainte-Anne-d’Auray et la reconstruction de l’Hôtel de ville de Paris – apparaît comme un emblème du style néo-gothique, mêlé de traces de style roman, et se caractérise par :

la régularité et la rigueur du plan : nef en 3 travées ; chœur en 3 pans ;

la sobriété des élévations intérieures : colonnes en granit, voûtes et arcades en plein cintre :

la clarté des volumes : le choix des vitraux tamise une lumière diffuse, rejetée par la blancheur des voûtes ;

la soumission d’un décor minimaliste : aucun tableau mais 16 statues bien disposées.

La réalisation ne correspond pas totalement aux souhaits d’Édouard Deperthes qui projetait une flèche de granit de près de 53 mètres – pour parfaire la « couronne de flèches bordant le golfe du Morbihan » – , les impératifs financiers imposant la tour actuelle, plus proche du beffroi que du clocher, limitée à 28 mètres. Elle est entourée de 2 petites tours polygonales (celle de droite contenant les escaliers pour accéder au clocher) ; le clocher compte 3 cloches (1803 pour la petite et moyenne cloches, fondues par François Chapel de Vannes ; 1960 pour la grosse cloche fondue par Bollée d’Orléans).

Des travaux eurent lieu en 1954 pour remplacer les vitraux de chœur (rénové en 1974), lors du centenaire en 1987 en déplaçant 2 statues pour mieux placer la croix-reliquaire en fer forgé (introduite dans l’église primitive en 1766) et, surtout, de 2011 à 2013 avec la réfection complète des enduits extérieurs et le remplacement de la charpente.

Orientation bibliographique pour en apprendre plus :
Chanoine Joseph Danigo (1987), Séné. Centenaire de l’Église St-Patern. 1887-1987, Vannes, imprimerie de Vannes S.A. Jean-Guy Corlay, avec 23 photographies de Claude Le Petit, Émile Morin, Jean Le Corguillé, 42 p. (en vente au presbytère et à l’église)
Abbé J. Mury (1933), Ce qu’on peut apprendre dans une église (étude historique, doctrinale et liturgique, Marseille, éditions Publiroc, préface du Rme mememero Dom Fulbert Gloriès (abbé de Sainte-Marie de la Pierre-Qui-Vire, Yonne), 334 p., 192 gravures
Jean Richard (2015), Si Séné était conté, s.l., éditions Donjon, 190 p., code ISBN : 978-2-9550647-2-6, photographies en n. et bl.

© Yves Jean BELŒIL-BENOIST (2e édition révisée du 01.09.2017 ; 1e édition du 01.07.2016)

Planning des visites guidées de l’église

A télécharger : historique et visite guidée en français

A télécharger : historique et visite guidée en italien

A télécharger : historique et visite guidée en espagnol

A télécharger : historique et visite guidée en anglais

A télécharger : historique et visite guidée en allemand

Retour à l’accueil