LES LEÇONS DE CETTE PANDÉMIE

«Pour ceux qui aiment Dieu, tout concourt au bien» (Romains 8, 28) La pandémie dans laquelle nous nous trouvons est un mal en elle-même… mais nous pouvons et nous devons en tirer profit. Nous devons apprendre à lire cet événement à la lumière de la Parole de Dieu, en sachant que Dieu est capable de tirer du bien, même en partant de nos péchés et du mal que nous faisons et organisons dans le monde.

Quelques pensées à ce sujet:

1.-Le coronavirus nous rappelle que nous sommes mortels, que nous sommes faibles, que l’homme n’est pas tout-puissant, que la technologie et la science ne peut pas tout résoudre… L’humanité reçoit une leçon d’humilité. Comme a dit le cardinal Rodríguez Maradiaga, «le coronavirus a mis à genoux un monde qui vivait installé dans la superbe».

2.-La pandémie nous fait constater à quel point nous sommes «un».Le virus ne respecte pas les frontières et ne fait pas de différences entre un pays et un autre. Et les mesures qu’un pays prend, ont immédiatement des retombées sur les autres, sur l’économie mondiale, sur le commerce et les communications… Il n’y a pas de place pour l’égoïsme et l’individualisme: nous sommes dans le même bateau. Ou nous nous sauvons tous, ou nous sombrons tous ensemble. C’est une occasion pour vivre et faire preuve de solidarité, une occasion de nous sentir citoyens du monde et membres de la seule famille qui est l’humanité.

3.-Cette situation nous pousse à nous retourner vers Dieu et à Lui demander de l’aide, Lui qui veut que nous ayons la Vie et que nous l’ayons en abondance. Attention!!!, que personne ne mette la naissance de ce virus sur le dos de Dieu. Ce n’est pas Dieu qui a voulu cela!!! Ce n’est pas un châtiment de Dieu!!! Penser et dire cela relève presque du blasphème!!! Ne rendons pas Dieu responsable de ce qui nous incombe, de ce qui relève de notre style de vie, de notre façon d’agir, de notre organisation du monde. Alors, revenons à Dieu dans la prière pour Lui demander de nous libérer de ce fléau, mais en prenant nos responsabilités, en agissant avec prudence, intelligence et fermeté, en mettant en jeu tous les moyens dont nous disposons.

4.-Nous vivons normalement en courant d’un côté et d’autre; c’est mon expérience personnelle, mais je ne pense pas être le seul… La pandémie nous fait nous arrêter, nous oblige à rester à la maison, nous donne du temps pour nous mêmes et pour la famille…Vous pouvez ajouter d’autres réflexions aux précédentes. L’important c’est de ne pas vivre cette situation en dehors de notre foi. L’important est de nous laisser interpeller et toucher, de tirer du profit spirituel d’un événement qui est, en lui-même, mauvais. Que le Seigneur nous bénisse tous. Restons plus unis que jamais.

ADVENIAT REGNUM TUUM!!!Que ton Règne vienne

+ Cristóbal Cardinal López Romero, sdb

Archevêque de Rabat.