Messe du Jour de Noël 2017 – Séné.

«  Le Verbe s’est fait chair, il a demeuré parmi nous ! «

C’est arrivé la nuit dernière, voici comment …….

Joseph et Marie, un jeune couple habitant Nazareth a dû se rendre à Bethléem par ordre de l’occupant Romain. Or la jeune femme était sur le point d’accoucher ; en vain ils cherchèrent à se faire héberger, c’était complet partout, ils se sont installés dans une étable. C’est là, vers le milieu de la nuit, qu’eut lieu la naissance, une mangeoire s’y trouvait, elle servit de berceau.

Apparemment, c’est un fait divers banal : la naissance d’un enfant dans des conditions misérables. Une naissance comme il dût y avoir beaucoup dans l’histoire.

Pourtant, lorsqu’il en donne le sens, Jean l’évangéliste qui vient de nous parler, montre qu’il s’est passé là un événement prodigieux, celui qui transforme l’existence de l’univers tout entier. C’est l’inimaginable, l’inconcevable fusion de l’homme et de son créateur en une seule et unique personne : Jésus, l’enfant de la crèche, le fils de Dieu.

Et Jean d’ajouter : c’est vrai, «  Nous l’avons vu. Nous avons vu la Gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité ».

Tel est l’événement que nous célébrons aujourd’hui. Il est plus qu’un anniversaire.

Depuis ce moment-là, Noël n’est pas un jour comme les autres ; certains voudraient en faire un jour ordinaire, ravaler tout ce qu’il peut avoir de singulier à l’aide d’une démystification, comme si cette histoire de naissance ne faisait pas très sérieuse.

Dans le pays où nous vivons, la France, le jour de Noël est un jour férié. Mais donnons-nous à ce jour toute sa signification religieuse ?

A l’occasion de Noël, les armées belligérantes s’efforcent de conclure des trêves, comme s’il paraissait indécent de continuer à s’assassiner le jour de Noël. A ses amis et ses relations, on présente souhaits et cadeaux qui veulent exprimer attention et affection. Aujourd’hui, la souffrance des malades, le drame des solitudes paraissent encore plus poignants et plus insupportables.

A Noël, plus qu’à aucun autre jour, nous avons besoin de fête, de paix, de lumière. C’est qu’à Noël, quelque chose se réveille au fond de nous-mêmes. Noël n’est pas qu ‘une réponse à des questions. Noël est une Présence. Elle ne s’impose jamais et ne contraint personne. Elle est discrète comme la naissance de Jésus dans une étable à l’écart de l’hôtellerie. Elle est menue comme un nouveau-né. Pourtant elle est vivante, réelle ; elle nous secoue, elle réveille en nous la capacité de réaliser la justice, la paix, l’harmonie avec les autres.

N’est-ce pas en cette fête de Noël que prend naissance le véritable combat des hommes ?

Mais avons-nous vraiment reconnu cette présence ? Certains croient y être arrivés, c’est une illusion. Jean, l’évangéliste nous l’apprend aujourd’hui : «  Ceux qui l’ont reçu et croient en son nom, sont nés de Dieu et non d’une volonté d’homme. »

Dans la mesure où nous sommes encore désireux de réussite et de puissance humaine, d’efficacité, nous ne sommes pas tout à fait «  nés de Dieu ».

C’est à nous tous, tels que nous sommes faits, que cette présence dit aujourd’hui : tout n’est pas joué, tout est toujours possible, une renaissance vous est proposée.

Dans le mystère de Noël, nous découvrons que toute réussite véritable dans la vie n’est possible que si l’on fait une place, la vraie place à cette présence de Dieu, à l’enfant Dieu de Noël.

Souhaitons-nous les uns aux autres de reconnaître cette présence vivante de Dieu en nous-mêmes ; et, dans la mesure où vous l’aurez reconnue, qui que vous soyez, quelles que soient vos épreuves ou vos inquiétudes, soyez joyeux aujourd’hui.

Frères et soeurs, approchons le grand mystère.

Nul ne résiste au sourire et à la faiblesse d’un enfant. Et cet enfant est le Fils de Dieu. Pour dire aux hommes qu’il les aime, Dieu se fait enfant, quêteur à son tour de l’amour des hommes.

Oui «  Un enfant nous est né, un fils nous est donné …. C’est le Christ, le Seigneur. » AMEN !

Père Bernard PLISSON.

Retour à l’accueil